Vendredi : quand on découvre les surdoués de la vie

Page 1

Page 2

Page 5

il n y a pas plus grand amour que de donner sa vie

la montagne

la seule vraie question, suis je dans l amour ?

la comparaison inutile

l humilite de dieu

la notion de vérité

le moine bouddhiste et le pere fondateur se rencontrent

la fameuse livraison se passe chez les PETITES SŒURS DISCIPLES DE L’AGNEAU au blanc

Dernier jourLe syndrome de Down ou trisomie 21 (autrefois appelé mongolisme)

Le professeur lejeuneEn France, actuellement, 96 % des parents qui sont porteurs d’un enfant trisomique choisissent l’interruption de grossesse. 

Les trisomiques : des surdoués de l’essentiel de la vie.

Le vendeur dit « Nous devons aimer les faibles et les pauvres parce que Jésus se cache sous l’apparence des pauvres. » Mère Térésa Mére thérésa avait certainement raison mais cela il faut bien comprendre ce qu’elle a voulu dire. Le trisomique c ‘est jésus et jésus donne de l amour… semble dire que le pauvre est en attente d’amour. Or un trisomique vit déja dans l’amour. Il suffit d’etre à leur contact pour comprendre ca immadiatement…A Moins d’avoir un coeur de pierre personne ne peut resister à un trisomique…On dit qu’ils sont handicapé, ce qui est vrai d’un sens, mais l’inverse est vrai aussi… Nous sommes handicapés du coeur… Ils sont un bon exemple pour guerir notre coeur malade. Penses tu qu’un trisomique penserait à aller s’acheter uen corde ?

Et Jésus dans tout ça ?

Nous disons celà avec énormément de respect : il faut bien reconnaître que la religion chrétienne est assez complexe. Il y a plusieurs courants différents ( protestants, catholiques, orthodoxes ). De plus, chacune de ces religions a des concepts un peu compliqués : dogmes, sacrements, grâces… etc… Enfin, celles-ci ont des théologiens qui ne sont pas tous d’accord entre eux. L’objet ici n’est absolument pas de critiquer cet état de fait. Celui-qui trouve sa voie et son bonheur dans cette religion, nous nous réjouissons pour lui. La pratique de la méditation et du Yoga n’est pas incompatible d’ailleurs avec la pratique de la religion chrétienne.

Différences fondamentales entre le Bouddhisme et les chrétiens

Soyons positifs : il n’y a pas de différences si fondamentales qu’il y paraît : les deux axent sur l’importance de vivre pour l’amour et y trouvent une solution pour le bien être ou pour être bien… Le plus des chrétiens est peut-être qu’ils peuvent croire à la présence véritable dans leur vie d’un homme ayant ressuscité il y a deux mille ans. Pour celui qui y croit et qui arrive à le vivre, il a alors la présence aimante d’un être auprès de lui. Le plus des Bouddhistes est peut-être qu’ils ne se perdent pas dans la notion d’avoir la foi ou pas : ils ont un travail à faire et qui apporte peu à peu un vrai progrès de bien être ( en plus validé par la science…). Est-il possible d’allier le Bouddhisme et Jésus ? Nous laissons à chacun le soin de faire le chemin lui-même et de découvrir ce qu’il a à découvrir. Une chose est certaine, il n’y a pas d’incompatibilité fondamentale. Nous invitons les chrétiens à ne pas avoir peur du Bouddhisme… Nous invitons d’ailleurs aussi les Bouddhistes à ne pas avoir peur de Jésus !

Le Saint Suaire

Le Saint Suaire est à découvrir : phénomène nouveau dans l’humanité au niveau scientifique, il semblerait qu’il soit la preuve de quelque chose… Le Saint Suaire pourrait bien, de manière tout à fait rationnelle, être la preuve de la résurrection de Jésus… Pour celui qui étudie le Saint Suaire et qui en arrive à cette conclusion, il peut être bien d’utiliser l’image du Saint Suaire comme support de méditation. Méditer tout simplement sur une trace, un signe laissé à notre intention concernant l’histoire d’un homme ayant vécu il y a deux mille ans et étant ressuscité peut être source de joie, d’espérance et d’inspiration.
On peut faire le reproche au Bouddhisme de la chose suivante : le Bouddhisme est basé sur la réalité. Si la réalité est palpable, comme avec le Saint Suaire, alors le Bouddhisme doit en tirer les conséquences et modifier sa façon de voir la mort ( voir religion Bouddhisme pour comprendre ce qu’est la mort pour le Bouddhisme ).

Image du Saint Suaire : la preuve ?

Proposition de pistes de réflexion

Cette rubrique pourrait faire polémique pour certains. Nous leur demandons de n ‘y voir aucune attaque, juste de la réflexion qui pour nous est légitime : l’être humain a le droit de se poser des questions et Jésus lui même a dit : cherchez et vous trouverez. Il n’a jamais dit : croyez naivement en moi ….

Réflexion sur la mort de Jésus et donc sur notre mort

La mort est certainement l’un des sujets de peur et d’angoisse les plus importants. Il nous semble évident que la chrétienté s’est en partie trompée sur l’interprétation de la mort de Jésus. Sous l’impulsion de Saint Paul, elle y a vu un Jésus mort sur la croix pour nos péchés. Saint Paul s’est très probablement lourdement trompé dans sa théologie à ce niveau là. C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui trouvaient effectivement ce message incompréhensible et morbide. Il ne faut pas en vouloir à Saint Paul : il est complètement logique qu’il ait interprété ainsi la mort de Jésus. A son époque l’immense majorité des pratiques religieuses étaient d’offrir des sacrifices aux dieux pour qu’ils se calment… Les gens avaient très peur des dieux…. On était très loin du dieu d’amour. Il a donc semblé logique que Jésus s’était donné en sacrifice pour calmer en quelque sorte son père… Comme le premier homme avait péché ( Adam ) il fallait un sacrifice pour que sa malédiction s’arrête… Vous noterez que de manière absurde, bien que le sacrifice ait été fait, le péché continuait à être là malgré tout , mais de manière non définitive soit disant… Alors comment interpréter la mort de Jésus ? De manière tout aussi glorieuse nous pouvons penser qu’il est mort ainsi car il n’avait pas le choix. C’est tout à son honneur et il l’a fait aussi pour nous, ce qui est très courageux. Pourquoi n’avait-il pas le choix ? La vérité est qu’un Dieu de l’amour veut le meilleur pour ses enfants. Comment peuvent-ils goûter éternellement à ce qui se fait de mieux en amour, s’ils ne connaissent pas l’amour vraiment ? Or chacun d’entre nous peut constater que la vie est d’autant plus belle qu’elle est précaire…. C’est ce qui lui donne toute sa valeur. Jésus lui-même dit : il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Or si la mort n’existe pas, comment peut-on appréhender ce plus grand amour ? Non dieu n’avait pas le choix : non seulement il devait lui-même se faire mourir, mais de plus de manière terrible. Personne n’imaginerait un dieu bien tranquille chez lui qui dirait : j’ai créé la mort, ce n’est pas drôle, mais faites moi confiance c’est ce qu’il y a de mieux ! Pour être crédible il devait aussi passer par là ! En ce sens il a effectivement donné sa vie pour nous et en ce sens c ‘est extrêmement courageux car il savait d’avance ce qu’il allait endurer… Dans l’éternité bien que la mort n’existe plus, nous connaîtrons la valeur des choses. En quelque sorte : merci à la mort, même si c’est difficile à imaginer….
Voilà ainsi une façon nettement plus positive d’envisager notre mort et celle de Jésus….

Jésus donne l’exemple de comment vivre

Jésus ne vit pas sa vie, avant de mourir, en la trouvant absurde. Il la vit à fond et trouve qu’elle a tout à fait du sens. Il ne perd pas son temps à amasser des trésors matériels mais prend son temps pour rencontrer les autres et pour prier. Il prend même le temps de manger et de dormir ! Son mode d’emploi, c’est de vivre en aimant son père et les autres. Sur la croix, il vit une mort absurde. Il vit l’absurde. Et il ressuscite. Il montre ainsi qu’il prend sur lui tout l’absurde de nos vies. C’est absurde, mais je vais vaincre l’absurde ! Je vais ressusciter et ce sera pareil pour vous. Voilà son message ! A son retour, il mange même avec ses amis les disciples. Il partage quelques poissons. Il montre en plus que la vie éternelle n’est pas juste une idée flottante dans l’espace, mais une vie tout à fait concrète, bien que différente de ce que nous vivons. Le corps peut manger, peut parler, peut se montrer; passer à travers les murs. C’est très antidépressif tout ça !

Le vendeur a un rdv important en fin de soirée. Il le dit à sebastein

Le vendeur le dépose à un abir bus situé à trois cent metres. Sébastien se retrouve sur le trottoir avec son ablluchon et parle à la fenetre. Mais, je ne comprends pas . Elle est ou la gare ? J’y vais comment ? Le vendeur : il n’y a pas de gare. Tu es au bout de la ligen de Bus 113. Tu prends le Bus et dans vingt minutes tu es chez toi ! Je suis désolé de pas pouvoir te déposer dircetement chez toi mais j ‘ai rendez vous dans dix mlinutes, je vais etre en retard . Et puis pour ne rien te cacher il faut que tu finisses seul ton vouage. Le vendeur de corde lui dit : mais Sébastien tu ne vois pas qu’on est pas loin de chez toi ? Tout le long du voyage, concentré sur ta propre vie , tu n’as pas été attentif au parcours… Nous avons juste fait un grand tour de France. Nous voilà revenu au point de départ ! Tu as un abri bus au village. En trente minutes tu seras chez toi. Mais alors le voyage , le transport pour les enfants, tout ca, c’était juste une histoire pour moi? Non pas juste pour toi ! tu es décidement tres auto centrés . Disons qu’on a fait un certain détour pour porter quelque chose que devais vraiment apporter… On a fait un certain détour, pour te faire faire un voyage, un voyage vers toi même… Sébastien se retrouve seul dans cet abribu en pleine rase campagne. Il prend conscience etre ffectivement rentré six jours aprés exactement. Les bus ne circulant plus, elle s’assit sous un abribus un peu désert à cette heure de la nuit pour se protéger contre la petite averse qui continuait de tomber. Un Abribus1 est un type d’aubette de marque déposée proposé pour la première fois en 1964 à Lyon (France), par l’entreprise JCDecaux. L’innovation de son créateur fut de doter l’abri de panneaux publicitaires et de proposer l’installation gratuite en échange du droit de commercialiser les publicités2. L abribus ventait l’interet de posseder le nouvel aspirateur sans fil. Sébastien pensa que meme dans un endroit isolé comme ici en pleine nature, l etre humain ne pouvait s enpecher de faire la publicité pour des objets inutiles. Mais il constata l interet d avoir un siege à l abri de cette petite pluie et ne savait pas trop que penser… Il se mit alors à méditer. Il souhaita à tous les gens qui participait à la creation de ce bus et de la publicité, à ceux qui faisent la loi, au consommateur , d’etre heureux…et de trouver leur bonheur… Il n avait pas LA solution, mais pouvait leur souhaiter sincérement… Il souabhita quand meme qu à l aplace un jou ron pourrait voir un beau dessin ou une blele photo invitant son obstervateur à etre heureux ! Il prend conscience qu’il est gueri et n’a plus du tout l’idée de se suicider. Il prend conscience qu’il est seul mais que le bonheure est en lui. Il se surprend à regarder passer des oiseaux dans le ciel, à regarder un champ de blé situé juste en face. Il se surprend à trouver le monde beau, alors qu’avant il aurait trouvé cet endroit isolé et déprimant…Il entend le bruit du car au loin arrivé.

Toi lecteur , assis à ton tour dans l’abri bus, tu regardes le car avec sébastien dedans s’éloigner par la route au loin. Tu imagines un vrai traveling d’émotion…Tu imagines une misique de film bien adpaté à ce moment. Tu te dis que ce pourrait etre la fin, mlais tu sais que ce n’est pas là la fin : tu es dans un lovre et tu as bien remarqué qu’il y a encore une dernier chapitre… Sans regret, les choses etant ephemere, tu tournes la page …